LE GRAND TÉTRAS

devers leger
vertical

Une voie pas souvent en bonne conditions : à cause de l’orientation sud-sud-est, il fait souvent très chaud et à la saison fraîche, il n’est pas rare que le départ soit mouillé.

L’avis d’un grimpeur :
Une des voies majeures du site, 100% naturelle, dont la première revient à Laurent Laporte. Je ne sais pas si le grand tétras a de grandes ailes, mais je sais qu’il vous faudra l’amplitude proche de celle de l’albatros pour franchir l’arche de départ. Cette rampe vous mène au 2eme crux, un passage dynamique avec réception sur bonne prise. Soufflez, vous êtes à une décontraction. Ce qui vous attend est beaucoup plus technique, quelques pas tranquille et vous entrez dans la section la plus difficile de la voie. Pour cela deux méthodes :

– soit un grand croisé avec une bonne prise main droite et une arrivée dans un monodoigt qui vous fait lâcher tellement la douleur est forte. Pourtant c’est la méthode…

– soit un mouvement plus rat (on part de la même prise main droite) qui consiste à tenir une pince que l’on prend en épaule ou en inversée au choix pour aller chercher une prise moisie (main droite) et l’on ramène sur le mono (main gauche). Dans les deux cas on se retrouve dans la même position. Ouvrez les yeux, les prises de pieds sont bonnes alors profitez-en, ce ne sera plus le cas. Passez devant la broche, le mousquetonnage se fait avec le trou plat au-dessus. Changez de mains dans ce trou, mettez main gauche en épaule sur le bord gauche, chargez les pieds foireux et envoyez main droite sur un gros plat, la suite est plus facile et ne vous empêchera pas de rester concentré.

L’avis d’un grimpeur :
Le départ est surprenant tellement le rocher est lustré. La fissure à aller chercher est très loin mais pourtant, les petits pourront l’attraper. Nous voici dans la partie déversante : Quelques mouvements presque pendus sur les mains sur des prises moyennes puis un jeté sur une assez bonne prise bien loin… ne pas se tromper de main. Semi-repos avant